dimanche 17 juin 2018

Un pied devant l'autre

Tension trop forte

Mon coeur implose

Je perds le contrôle

Faut qu'je sorte

La rage m'emporte

Trop près du bord

De mes névroses

Faut qu'j'en sorte

Je passe la porte

Pars au dehors

Un pied devant l'autre

 

Qu'importe la nuit elle m'enrobe

Qu'importe la pluie je rôde

Aucune escorte

Un pied devant l'autre

A droite à gauche

Les rues s'additionnent

J'avance sans pause

Un pied devant l'autre

Seul(e) parmi les autres

Je me dérobe

Un pied devant l'autre

 

REFRAIN

Y a nos cris qui résonnent

Mes poings dans mes poches

Mais la marche est plus forte

Un pied devant l'autre

Y a les mots qui m'assomment

Les pleurs me dévorent

Mais la marche est plus forte

Un pied devant l'autre

 

 

A force d'efforts

Le rythme m'hypnose

Mécanique du corps

Un pied devant l'autre

Les tensions s'évaporent

Mon coeur se repose

Je reprends le contrôle

Un pied devant l'autre

Le calme s'impose

Chasse les fantômes

Un pied devant l'autre

 

Je contemple la nuit si haute

Je me sens fourmi dans le cosmos

Je cherche mon nord

Un pied devant l'autre

Mes pas sur le sol

Sonnent comme

Un réconfort

Un pied devant l'autre

Je repasse la porte

La tendresse l'emporte

L'un devant l'autre.

 

 

winter-2404731_960_720

 

Posté par GeraldineBlanc à 12:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les NiNe

Un grain de jazz

Dans L'harmonie

Quand un reggae s'installe

Sans prévenir c'est NiNe

En douce au piano se glisse

Un bon vieux blues Seventies

On est NiNe

 

REFRAIN:

A la française, please!

Not à l'anglaise, merci!

Juste NiNe

Avec un "i" comme JeaNiNe

On n'est pas 9 tu piges?

On est NiNe

 

Un vieux couple groove

A la basse/batterie

QUi te claque un Poum

Tchak funky c'est NiNe

Un orgue aux nappes psychédéliques

Un choeur, 3 voix qui t'entêtent et s'unissent

On est NiNe

 

REFRAIN

 

 Les NiNe

DictAuteurs sans scrupules

On manipule

Les chansons réalistes

DictAuteurs poétiques

On tranche les mots

Dans le vif Débranche le trop

De nos vies. On s'amuse

On se déguise, on accuse

Le monde

On le jongle

DictAuteurs à la Chaplin

On est NiNe

 

REFRAIN:

A la française, please!

Not à l'anglaise, merci!

Juste NiNe

Avec un "i" comme fémiNiNe

Mais y a des mecs tu piges?

On est NiNe

 

photo groupe

 

 

Posté par GeraldineBlanc à 11:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 13 juin 2018

Joyeux noël

Y a 30 livres qui s'empilent
Sur ma table de nuit Mille
Titres défilent sur une playlist
Dont je confonds tous les artistes

Combien de films à l'affiche
De mercredis en mercredis dont je me fiche?
Plein les yeux Plein les oreilles
Qu'est-c'que j'oublie? Qu'est-c'qui me reste?"

REFRAIN
Y a plus d'place dans ma caboche
Plus d'place ça s'effiloche
Les années passent
Etre ou avoir...
Dans ma mémoire
Ca s'encrasse

Boutiques de fringues en série
Éthique du fric à tout prix
Accès à tout ce qui existe
Tout le temps, tout de suite

Combien d'objets sous la poussière
Sont figés sur mes étagères ?
Plein les murs Plein les poubelles
Qu'est-c'que j'en dis pour être honnête?

REFRAIN
Y a plus d'place dans mes poches
Plus d'place c'est moche
Les années passent
Etre ou avoir...
Dans mes tiroirs
Ca s'entasse!

Même rendez-vous tous les samedis
La foule, moi et mon caddie
Trop peu de sel dans cette vie
Dans mon assiette, ça dégouline"

Combien de sucres dans mes veines?
Drogue dure douceur quotidienne
Plein le foie Plein les artères
Qu'est-c'que j'attends pour qu'ça s'arrête?

 

REFRAIN

Y a plus d'place dans ma bidoche
Plus d'place c'est l'overdoooooose
Les années passent
Être ou avoir....

Soldes d'hiver on enchaîne!
Saint Valentin faut pas qu'ça traîne!
Pâques se digère rien ne s'arrête!
Fête des mères, des pères, des grands mères!
Ventes privées! vite cliquer!
Soldes d'été à ne pas râter!
Rentrée des classes au mois d'Juillet
Et d'Halloween en Black Friday

Joyeux Noël et bonne année!

Soldes d'hiver on enchaîne!
Saint Valentin faut pas qu'ça traîne!
Pâques se digère rien ne s'arrête!
Fête des mères, des pères, des grands mères!
Ventes privées! vite cliquer!
Soldes d'été à ne pas râter!
Rentrée des classes au mois d'Juillet
Et d'Halloween en Black Friday
Voici Noël... JOYEUX NOËL"

IMG_0765

Posté par GeraldineBlanc à 12:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 4 janvier 2017

Effets Secondaires

Médicamenté tu testes
T'espères juste avancer
Mais quand ta dépression reste
Tu peux plus t'en passer

De cette came en cachet
Que t'achètes dans ta rue
Une croix verte sur ton sachet
Remboursé par la Sécu

REFRAIN
Effets secondaires
Oh! faut pas t'en faire
Un médoc c'est pas grand chose
Ca vaut mieux que tes névroses

Effets secondaires
Mais fais ce qu'on te dit de faire
On sait pas soigner les causes
Mais on sait augmenter les doses

Médicament âme en peine
Vieille, vieille, vieille rengaine
Médicament âme en bière
Six pieds sous terre

Si près des vers qui résonnent
En chœur dans ta trogne
Qui tourne et déraisonne
C'est l'heure de ton psychotrope

REFRAIN
Effets secondaires
Oh! faut pas t'en faire
Un médoc c'est pas grand chose
Ca vaut mieux que tes névroses

Effets secondaires
Mais fais ce qu'on te dit de faire
On sait pas soigner les causes
Mais on sait augmenter les doses

Médicalement stable, stable
Trop stable le vide s'installe
Le sable t'enlace
Médicalement calmant stable

Ton corps et tes amours s'éteignent
Même tes mains tremblent et se retiennent

Oh ! Médi-camé dans ta clinique
Ton dealer c'est ton médecin alchimiste
Lié par serment d'hypocrite
Aux labos pharmaceutiques

REFRAIN :
Effets secondaires
On peut rien y faire
Fous gardez vos névroses !
Les loups fournissent les doses

Médi-calmé,
Médi-cramé
Médic-armé jusqu'aux dents
Pour taire les maux qui dedans

Te rongent
Et t'oppressent.
Mal armé ta vie plonge
Et t'y restes

Mais c'est secondaire

27460067_1498992693531228_7831727991781476057_n

Posté par GeraldineBlanc à 20:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 26 octobre 2016

Ceux qui se taisent

L'homme fait trop de bruit
Des idées sur tout et surtout du vide
Toujours les mêmes sons qui reviennent
A gauche à droite et aux extrêmes

Chacun son Dieu
Chacun ses ordures
Plus y a d'enjeux
Plus y a de postures

Flash info : On est Charlie
Flash info : On est Paris
On lève la voix jusqu'au scandale
Et puis plus rien on passe à table
On est humains
Ni plus ni moins

REFRAIN :
Avant de parler tout haut
On ferait mieux de penser tout bas
Taire un peu nos égos
Au lieu de monter au combat

Qu'on soit amants ou qu'on soit frères
On s'entre-tue à coups de verbes
A coups de mots qui manipulent
Des mots creux ceux qui accusent

Tout le monde parle
Mais qui écoute
Plus on s'emballe
Plus on est sourds !

Savoir parler est un danger
Arme majeure dont il faut se méfier
Je ne veux plus participer
A imposer ma vérité
Je préfère être de ceux qui se taisent
De ceux qui passent pour être faibles

REFRAIN :
Avant de parler tout haut
On ferait mieux de penser tout bas
Taire un peu nos égos
Au lieu de monter au combat

Il est temps encore arrêtons là
Laissons aux autres les grands éclats
Journalistes comme politiques
Sans nous ils tournent à vide

Quittons les débats
Stériles des écrans plats
La vie se joue dans nos familles, dans nos projets
Chaque jour sans rien à prouver

Ouvrons nos portes et nos esprits
Écoutons nous sans répartie
Moins de mots plus d'empathie
Le seul mot d'ordre c'est rester digne

De respect
Ce qui compte c'est ce que l'on est
Ce qu'on en fait
Pour un peu plus d'humanité

je-suis-nine-1600x900

 

Posté par GeraldineBlanc à 09:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 20 juin 2016

DIVORCER

De nos jours il paraît
Que les couples ne savent plus s'aimer
On s'engage, on se consomme
On se consume et on divorce

Eux aussi se sont quitté
Dix ans après s'être engagé
Un ventre rond, des nuits hachées
Des projets fous n'ont rien sauvé.

Un jour l'amour s'en va
On se retrouve juste toi et moi
Un rien devient insupportable
La souffrance prend toute la place

On perd amers l'équilibre
De la si fragile alchimie
Entre nos meilleurs et nos pires
On bascule et c'est irréversible

REFRAIN :
Je t'aime pour la vie
Mais combien de vies dans une vie ?
Ma vie avec toi, ma vie avec lui
Ma vie d'avant toi et après ?
Encore combien de vies ?
Combien de lits, combien de mots dis ?
Y a pas de je t'aime pour toujours
Juste on essaie au jour le jour

Quand on en vient à divorcer
Ce n'est pas par facilité
C'est un putain de long chemin
Sur lequel on ne sait rien

On croit que l'on se quitte
On croit que l'on est quitte
Mais chaque jour nos enfants nous rappellent
Que notre union est éternelle

Mon fils a ton regard
Un peu de toi, un peu de moi
Beaucoup de lui et quand on se déteste
Il nous faut pourtant faire avec

Plus question de se changer
Se séparer c'est renoncer
Tenter de s'aimer mieux peut-être
Sans les enjeux qui nous enchaînent

REFRAIN :
Je t'aimais pour la vie
Mais combien de vies dans une vie ?
Ma vie avec toi, ma vie avec lui
Ma vie d'avant toi et après ?
Encore combien de vies ?
Combien de lits, combien de mots dis ?
Y a pas de je t'aime pour toujours
Juste on essaie au jour le jour

Cette petite mort dans toutes ces vies
Ce deuil de plus que l'on s'inflige
N'est qu'une porte pour tenter de grandir
Encore... Prendre le risque

De bousculer nos p'tits acquis
Arrêter de se mentir
Oser affronter l'inconnu
Laisser les mots qui blessent et les rancunes

Mais l'amour après l'amour c'est quoi ?
Les mots d'amour ça rime à quoi ?
Comment oser encore y croire
Quand on connaît déjà la fin de l'histoire

Une petite voix
Depuis ne me quitte pas
Elle murmure à mon oreille
Que rien n'est éternel

REFRAIN :
Combien de vies dans une vie ?
Encore combien de vies ?

Finis les je t'aime pour toujours
L'amour ça se gagne au jour le jour

quel-age-votre-coeur

Posté par GeraldineBlanc à 10:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 9 mars 2016

QUAND J'ETAIS GAMINE

J'ai 8 ans et ma copine aussi
Il est tard et c'est déjà fini
Elle doit rentrer je dois ranger
C'est plus l'heure faut se quitter

Mais quand la nuit arrive
Je déplace mon lit
Je pousse les meubles, les habitudes
Pour surmonter ma solitude
Et je m'invente un tunnel
Que je creuserai de ma chambre à la sienne
Avec une trappe et une échelle
A coups de pioche à coups de pelle
Je la retrouverai enfin
Autant que j'en ai besoin

REFRAIN :
Et quand j'étais gamine
J'creusais chez ma voisine
Je croyais qu'il suffisait d'être grand
Oh ! Oh ! Oh ! Maman ! Pour faire tout c'qu'on veut tout l'temps

J'ai 35 ans et c'est toi qui en a huit
Il est tard mais c'est pas fini
Je dois rentrer faire à manger
C'est déjà l'heure faut s'acquitter

Mais quand la nuit arrive
J'me mets à tourner dans mon lit
J'refais l'histoire par habitude
Pour meubler ma solitude
Et je repense à ce tunnel
Qui allait de ma chambre à la sienne
Je revois la pioche je revois la pelle
Et le trou que j'ai laissé dans la terre

Alors je réalise enfin
Combien j'en ai encore besoin
Comme un refuge où l'on se cache
Comme un ailleurs où l'on s'évade

REFRAIN :
Et quand j'étais gamine
J'creusais chez ma voisine
Je croyais qu'il suffisait d'être grand
Oh ! Oh ! Oh ! Maman ! Pour faire tout c'qu'on veut tout l'temps

T'as plus 8 ans et j'ai grandi
J'ai compris que nos ailleurs étaient ici
Pas besoin de pioche pas besoin de pelle
Pour .... se faire la belle

IMG_0718

Posté par GeraldineBlanc à 11:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 25 septembre 2015

LA FEMME A LA MER

Je ne sais pas parler
Avec des mots comme il faudrait
Moi je reste coincée
Dans le flot de mes pensées
Ça me martèle la tête
ça tourne en boucle ça se répète
Ces mots de rien du tout
M'enferment à double tour

REFRAIN :
Je suis la femme à la mer
La femme à l'envers
La femme à la mer
Je me débats contre moi-même
Et je me noie au premier vers

Alors je surfe sur le vague
Je parais calme à la surface
Dans mon corps la houle s'affole
Me claque et la vague m'emporte
Si j'entrouvre la porte
Je divague, je déborde
Et sur mes joues roulent
Des larmes lourdes
Amères

REFRAIN:
Je suis la femme à la mer
La femme à l'envers
La femme à la mer
Je veux tout et son contraire
Je suis forte mais je suis faible

Toi tu parles et tu me plais
Apprends moi à m'exprimer
Laisse pas le silence s'immiscer
Dénoue le flou de mes pensées
Je ne veux plus me taire
Sèche mes yeux ouvre mes lèvres
Et sur mes joues rouges
Ton souffle doux m'apaise

REFRAIN :
Je suis la femme à la mer Ouh Ouh
La femme allant vers la terre Ouh Ouh
La femme à la mer
Je tiens le cap dans les tempêtes tes mots me portent et me libèrent
La femme à la mer
Je suis la femme à la mer, la femme allant vers la terre Ouh Ouh
Dans les tempêtes tes mots me portent et me libèrent Ouh Ouh Ouh Ouh Ouh

11753780_10153496310979165_1174883651_n

Posté par GeraldineBlanc à 11:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]